Vous êtes ici

Campagnol terrestre

Arvicola terrestris scherman

Tête+corps : 135-163 mm ; queue : 55-73 mm ; poids : 78-120 g
Anglais :ground vole. Allemand : östschermaus. Hollandais : woelrat. Italien : arvicola terrestre.

D'allure similaire au rat d'eau, le campagnol terrestre ou rat-taupier ne diffère que par une taille plus petite, un pelage brun sur le dos et plus clair sur le ventre. Il est mieux adapté à la vie souterraine et ses incisives sont nettement plus projetées vers l'avant.

Il existe deus formes principales en France, l'une aquatique, A. t. terrestris, habitant le nord de la France et l'autre, fouisseuse, qui comprend deux groupes : A.t. monticola, dont la population est pyrénéenne, et A. t. scherman, qui occupe la partie nord-est, centre et centre-est de la France. C'est la forme que l'on trouve en Bourgogne.

Ce campagnol vit en milieu ouvert et a une préférence pour une végétation homogène. Il construit des terriers dans les sols humides avec ses dents. Le terrier est un réseau de galeries débouchant en surface à des tumulus ressemblant à des taupinières, ce qui lui a valu le nom de rat-taupier. Il choisit des sols profonds et non caillouteux. La profondeur du terrier est variable suivant la nature du sol et la saison (plus importante en hiver). Il faut noter que si le sol est déjà creusé de nombreuses galeries, les traces d'activité en surface peuvent être nulles. Il utilise en basse densité les réseaux de taupes. Il colonise les prairies, les vergers et les jardins.

Son alimentation est composée de systèmes racinaires des végétaux, des parties vertes et des graminées, pouvant causer ainsi de nombreux préjudices aux plantations horticoles, fruitières et dans les prairies de fauches. Ces préjudices sont d'autant plus conséquents pendant les périodes de fluctuations pluriannuelles où le nombre de campagnols peut atteindre mille individus à l'hectare. Mais la Bourgogne abrite des populations plus faibles que celles rencontrées en Franche-Comté, Auvergne, Limousin, Champagne-Ardennes, Lorraine, Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées. Ses variations d'abondance n'entrent pas dans le cadre de la définition des cycles de fluctuations pluriannuelles et il n'y a pas d'explosion démographique comparable. La dernière ' amplitude ' date de 1988.

Actif de jour comme de nuit, la reproduction a lieu de fin février à octobre et les femelles peuvent avoir quatre portées dans l'année de quatre à cinq jeunes. La femelle peut être couverte par le mâle juste après la mise bas en raison d'une ovulation post-partum. La maturité sexuelle, précoce, est atteinte au bout de huit à semaines en été.

Le campagnol terrestre est présent en Bourgogne seulement en Côte-d'Or et en Saône-et-Loire. Mis à part l'extrémité nord-est du bas Morvan, cette espèce est absente du Morvan ainsi que de toute la Nièvre et l'Yonne. Trouvé régulièrement dans les pelotes de chouette effraie de l'Auxois, nous ne l'avons découvert que dans quelques localités du bas Morvan (Thoisy-laBerchère, Dompierre-en-Morvan, Villargoix et la Motte-Ternant) et une seule en limite du haut Morvan collinéen (Eschamps, commune de Champeau).

Galerie photo

  • 001__fs.jpg

Contributions

Il n'y a actuellement aucune contribution.

Contribuer

Ajoutez une ou plusieur images (maximum : 5)