Vous êtes ici

Borne de Gouvault (1729 - 1791)

Né à Brassy en 1729, César-Gabriel Borne de Gouvault fit comme son père carrière militaire : lieutenant en second au régiment de la Sarre en 1743, capitaine en 1748, il se retire en 1762 à Brassy pour exploiter ses terres. Il publie en 1780 une nouvelle méthode pour apprendre à lire en peu de temps : or on attribue aussi à cet ancien officier de curieuses pages Idée générale du Morvand (1787), qui donnent des conseils agricoles très précis pour soigner les prés, défricher les essarts, semer le Sarrazin, construire les étangs : c'est un excellent témoignage sur la vie rurale à la veille de 1789.

...

Le lendemain de la St-Jean-Baptiste, à deux heures et demie du matin, Frappe-d'abord (1) appelle noute fonne (2) : ils se lèvent, font lever tout le monde jusqu'au Mal-peigné et à l'Echevelée (3) : dame Frappe-d'abord va traire les vaches ; ensuite on s'en va, les uns moissonner son peu de navets, les autres voir les bestiaux qui ont couché dehors, s'il n'y a personne avec eux, en même temps on lâche les vaches, et peu après le moutenaille (4) ; Fanchon range son lait, sa maison ; soigne et traite ses enfants ; lâche les volatiles, leur donne à manger ; lâche les quadrupèdes qui restent (ce sont les veaux de lait, qu'il faut avoir soin de tenir chaudement l'hiver, et fraîchement l'été, ainsi que les autres bestiaux pour parer les accidents) ; prépare le déjeûné (5), le porte, de retour, elle vaque aux besoins des enfants ; lave, écure ; sarcle son jardin d'où elle revient pour mettre le pot-au-feu, ; coupe la soupe et l'assaisonne ; va chercher les petits veaux, les lie ainsi que les autres bestiaux, trempe la soupe, et la porte, avec quelque chose pour manger après, quand elle en a : à son retour elle s'occupe comme après déjeûné. L'heure de traire les vaches étant arrivée, elle s'en occupe ; fait relâcher tous les bestiaux ; prépare et porte le goûté (6) ; de retour elle lâche les petits veaux, et s'occupe aux travaux d'entre les repas, puis enfin prépare la soupe ; avant lequel maître Frappe-d'abord, avec une serpe à la main, visite les bestiaux ; et bouche les trous et autres dégâts qu'ils ont fait pendant le jour. Pendant (la) fauchaison et la moisson des seigles, c'est la même chose ; mais pendant la moisson des avoines, il y a quelques changements 1° Le déjeûné de moins ; cependant avec les pois verts qui donnent une nouvelle ressource pour vivre, la façon de les accommoder est la même dans tous les temps, il y a même des circonstances où ces malheureux n'ont que du pain à déjeûné et à goûter ; ce qui arrive surtout pour le goûté dès que la Grivotte est tarie : à la vérité les pommes de terre viennent au secours avec les pois secs. 2° Dans les travaux, il faut battre la fournée et les semences ; faire les labourages, couper les fougères, balets ; et malgré toutes les peines qu'on se donne, je n'ai pas vu qu'on ait pu battre toute la semence avant la récolte des sarrasins, quoiqu'on n'eut ni maladies ni mauvais temps ; en sorte que dans cette circonstance précieuse (de la récolte des sarrazins) on est forcé de battre presque toute la nuit, pour ladite semence ou fournée, et pour ne point perdre les blés noirs ; quand la mauvaise santé ou les mauvais temps arrivent, ou que l'année est tardive, ou les épis fautifs, alors Noël arrive souvent, qu'on n'a pas encore emblavé et qu'on n'a pas tiré les pommes de terre ; c'est pourquoi j'en ai vu geler en terre la moitié et même les trois quarts, ce qui m'est arrivé à moi-même, malgré toutes les ressources que j'ai de plus que ces pauvres misérables. Tous ces travaux finis, les hommes vont se coucher immédiatement après soupé ; les femmes taillent et filent, et quand elles vont se coucher, alors qu'elles font lever les hommes pour battre ce qui leur reste de grains : ceux qui vont au bois de moule, quelquefois à une lieue, pour avoir du sel et autres besoins urgents, mangent leur mauvaise soupe au point du jour, prennent un morceau de pain pour leur goûté, reviennent le soir quelquefois aussi mouillés que fatigués, c'est tous les jours de même.

Les manouvriers subissent le même sort en gagnant leur journée, et leurs femmes cherchent le lait pour elles et leurs enfants : sont-ils malades, ils n'envoient souvent chercher le chirurgien que quand il n'est plus temps, et souvent encore en même temps que le prêtre, et même souvent point du tout, ce qui fait qu'il en meurt beaucoup faute de secours.

(1) Le maître de la maison

(2) C'est ainsi qu'on appelle la maîtresse

(3) Les garde-troupeaux

(4) Les brebis et moutons

(5) C'est du fromage mou ou de la poucoulée, autrement picoulée, qui est une bouillie de farine d'avoine avec de l'eau ; ou de la bouillie au caillé ; ou des queues d'oignon ; ou du crépiau, autrement crâpiau, ou de l'omelette au lait, ou à la crème ou à l'huile ou à la graisse, le tout souvent sans sel.

(6) C'est ordinairement du lait ou de la salade.

(7) La graphie de l'auteur a été respectée.

Contributions

Il n'y a actuellement aucune contribution.

Contribuer

Ajoutez une ou plusieur images (maximum : 5)