L'influence boréale


Il y a 10.000 ans environ, se terminait la dernière période glaciaire. La végétation de cette époque, appréhendée par l'analyse des pollens conservés dans la tourbe (cf. F6), s'apparentait à la taïga actuelle de l'Europe boréale, à savoir, une forêt clairsemée de Bouleaux, Pins, et entrecoupée de tourbières. Avec les différentes phases de réchauffement de la planète, les essences forestières ont progressivement reconquis l'espace : Noisetier puis Aulne, Chêne, Orme, Tilleul, Hêtre, pour arriver au stade actuel de hêtraies-chênaies en équilibre avec les conditions climatiques générales. Mais dans les vallées et vallons humides, persiste un microclimat froid se rapprochant des périodes les plus anciennes.Ainsi, la Linaigrette à étui, témoin de la taïga initiale, s'est maintenue au sein des tourbières pour témoigner de cette influence boréale relictuelle.

 
Linaigrette à étui
Eriophorum vaginatum L.
Cette rarissime plante des tourbières acides en fin d'évolution se distingue de la Linaigrette à feuilles étroites (F6) par son unique inflorescence terminale et sa disposition en touffe. Elle est protégée en Bourgogne.

Galerie photo

Contributions

Il n'y a actuellement aucune contribution.

Contribuer

Ajoutez une ou plusieur images (maximum : 5)