Vous êtes ici

En savoir plus sur l'inventaire historique

Faire (re)connaître les richesses, souvent méconnues, du Morvan et les rendre accessibles à toutes et à tous, tel est l’enjeu de cette base de données sur le patrimoine bâti et historique du Morvan.
 

> Télécharger la présentation (Historique et méthodologie du projet)

> Télécharger le mode d'emploi

 

 

Base de données sur le patrimoine du Morvan

2006-2013 Un projet ambitieux et multiple, au service de tous…

Faire (re)connaître les richesses, souvent méconnues, du Morvan et les rendre accessibles à toutes et à tous, tel est l’enjeu de cette base de données sur le patrimoine bâti et historique du Morvan.

De 2007 à 2013, le Parc avec des stagiaires et des personnes ressources locales, a réalisé un projet à l’échelle du Morvan et de chaque commune : recenser, étudier, observer, photographier, géoréférencer le patrimoine bâti et son contexte local afin de le répertorier dans une base de données, conçue comme un outil de connaissance, de développement local, de recherche et de valorisation.

Selon une démarche expliquée ci-après, trois grandes thématiques ont été sélectionnées et inventoriées :

- Le Morvan terre de légendes et de croyances
- Le Morvan artisanal et industriel, ouvrages d’art et ressources naturelles
- Le patrimoine bâti ecclésiastique et seigneurial.

Comme pour les autres projets « Patrimoine » du Parc, l’inventaire et la valorisation ont été conçus simultanément, en ciblant les professionnels et les particuliers grâce à l’outil informatique qui permet à chacun de trouver ses «entrées» et ses sujets d’intérêts selon le degré d’information souhaité. Ainsi, cette base de données associe un inventaire historique et un outil de développement local, facile d’accès, et ciblant un large public : habitants, acteurs touristiques et touristes, élus et agents de développement, universitaires et scolaires…

En « un clic » vous avez accès au patrimoine de votre commune ou canton ou du Morvan, ou à un thème (légendes et croyances…), un type (édifices religieux , ouvrages d’art…) ou sous-type précis (château médiéval, four à chaux, carrières, tannerie, abbaye, pierres de légendes, verrerie…), ou selon une période (Xe-XIVe), ou sur une carte IGN où sont géoreferencés tous les patrimoines, ou aussi selon des critères choisis par chacun (visitable, inscrit aux MH, prés d’un chemin de randonnées balisé… .

Par rapport à d’autres bases de données plus centrées sur le Patrimoine et la recherche, son originalité tient à ses données liées au développement local pour enrichir des projets et une politique territoriales avec les acteurs touristiques, élus et autres décideurs. La sauvegarde et la valorisation du patrimoine est indissociable de son contexte, des acteurs touristiques, culturels et politiques et pour cela, être connu ou reconnu afin de re-trouver une fonction contemporaine.

Historique et Méthodologie du projet

Les données existantes et les moyens

Il n’existait que peu d’études ou inventaires, et encore moins une base de données recensant des patrimoines bâtis du Morvan. De plus, le Parc du Morvan avec ses 117 communes et 5 villes partenaires est reparti sur les quatre départements de Bourgogne (Yonne, Nièvre, Saône et Loire, Cote d’Or). Donc les sources et les quelques données existantes sont rares et « éparpillées » par département, parfois par canton, village ou thèmes. Seul, l’ouvrage de Baudiau (en trois tomes de 1854) traitait de l’histoire et des bâtis seigneuriaux et ecclésiastiques de chaque commune morvandelle. Ce travail, élargi à d’autres thématiques, devait donc combler cette lacune. Pour certaines données manquantes nous comptions aussi sur la ressources locale (élus et bénévoles). Il fallait aussi concevoir l’ambition du projet en fonction des moyens humains, matériels et financiers du Parc et des données existantes.

Les choix de thèmes et des éléments

Quels éléments du patrimoine, thèmes et périodes retenir pour cette base de données ?

Concernant la période d’étude, la présence et les travaux de centre de recherche archéologique de Bibracte ainsi que les données confidentielles du SRA Bourgogne (non accessibles au grand public pour éviter le pillage archéologique) nous ont décidé à travailler sur une période allant du Haut Moyen Âge (à partir du VIe siècle) jusqu’aux années 1980.

Pour le choix des thématiques, dans un premier temps, il était évident qu’il nous fallait ré-inventorier, 150 ans après Baudiau, le patrimoine ecclésiastique et seigneurial. Mais il fallait profiter de ces recherches et visites des communes pour élargir l’inventaire à d’autres thématiques permettant d’inventorier une majorité du patrimoine bâti et historique du Morvan (hormis le « petit patrimoine » et en tenant compte de certains inventaires ou études réalisés comme l’architecture rurale, les moulins, le tacot… Des échanges avec des personnes du Comité scientifique du Parc et de la DRAC enrichirent notre réflexion. Un ouvrage de l’Académie du Morvan Des sources aux chapelles du Dr Olivier traitant des sources cultuelles, retint notre attention. Après une première approche intéressante, les thèmes des sites et pierres de légendes ainsi que les sources rituelles furent validés.

De même, L’activité économique en Morvan (hors production agricole et forestière) restait très méconnue, hormis l’ouvrage du capitaine Levainville, Le Morvan éditée en 1909 et la thèse de M Vigreux Paysans et notables du Morvan au XIXe siècle, édité en 1998. Ce thème, avec ses nombreux types et sous-types fut donc également retenu mais seulement pour les activités et productions locales a contrario du forgeron, tailleur... du village).

Ainsi, partant du constat que de nombreuses thématiques et éléments du patrimoine bâti (visibles ou disparus) important pour la connaissance et la recherche universitaire, l’étude du Morvan et sa valorisation, n’avaient jamais été étudiés ou peu, ni recensés, ou pas de manière systématique sur l’ensemble du Morvan, trois grandes thématiques ont été retenues :
- Le Morvan terre de légendes et de croyances
- Le Morvan artisanal et industriel, ouvrages d’art et ressources naturelles
- Le patrimoine ecclésiastique et seigneurial.

Le Morvan terre de légendes et de croyances comme les pierres, les lieux dits, les arbres liés à des contes ou à des légendes… et les sources (cultuelles ou non) avec un rite thérapeutique, d’origine et de culte parfois païen puis chrétien souvent associées à une chapelle, église... Les légendes et croyances, très nombreuses en Morvan, sont un aspect totalement méconnu mais encore très présent. Seul Un ouvrage de l’Académie du Morvan nous a bien aidés : Des sources aux chapelles du Dr Olivier. D’autres ouvrages plus ou moins sérieux sur les légendes ou pierres ont pu ponctuellement nous apporté quelques informations, mais la principale source fut les habitants. Ces éléments se retrouvent dans la plupart des villages et forêts, et certaines pratiquent perdurèrent de l’antiquité ou du Moyen-âge aux années 1960. Hormis quelques pierres, sites, ou sources cultuelles très connus dont certains de l’époque gallo romaine, la mémoire locale, nous a permis de découvrir plus de 210 éléments : 95 pierres de légendes, 54 lieux-dits, arbres, croix, bois, 60 fontaines à rites thérapeutiques ou sources cultuelles. Cet inventaire exhaustif a permis de découvrir la richesse et l’importance de ce patrimoine rare et encore en assez bon état avec des mémoires vivantes. Ce thème mériterait une étude universitaire urgente.

Le Morvan artisanal et industriel, ouvrages d’art et ressources naturelles. Depuis l’Antiquité, le Morvan est une terre d’échanges plus connue pour son économie agricole et forestière, mais sous estimée pour les autres productions et exportations. Cette thématique et ses nombreux types n’avaient jamais été recensés et inventoriés à l’échelle du Morvan et surtout dans cette large diversité. Seul des chapitres de l’ouvrage du Capitaine Levainville Le Morvan, des études, par Bibracte, sur les métallurgistes Eduens et les mines et des publications sur les moulins nous sont connus. N’oublions pas et remercions les personnes ressources de chaque village qui ont permis d’enrichir l’inventaire sur le terrain autour de cette thématique. Cette méconnaissance, la rareté et la disparité de données disponibles comme la diversité de ce patrimoine rendirent le choix difficile, de thèmes, types et la sélection des champs à renseigner... Plusieurs inventaires tests sur diverses communes nous ont permis d’affiner ces choix qui évoluèrent encore lors d’autres inventaires sur le terrain. Trois sous-thèmes ont été décidés :
- les ressources naturelles : carrières de pierres et d’arène, mines, sources minérales ou thermales, charbon de bois
- la transformation artisanale ou industrielle : ateliers- fabriques, abattoirs, activités autour de l’élevage et l’agriculture –du textile –du flottage des buches- de la transformation du bois, poterie et faïencerie, four a chaux, flottage des buches pour Paris, verrerie, brasserie, tannerie, draperie, usines ou ateliers spécialisées, battoir (tan, foulon et scierie), huilerie, forge, papeterie, pressoir…,
- les ouvrages d’art : barrage, viaduc, pont. Pour les ponts en pierres, nous n’avons inventorié que ceux antérieur à 1840, car très rare en Morvan comme les routes. Apres cette période, Dupin fit construire de nombreuses routes et ponts pour désenclaver le Morvan. Les ponts en dalle, encore nombreux mais menacés en Morvan, correspondent à des dalles de granite permettant de traverser un ruisseau à sec.
- autres : éléments selon les opportunités observées au fil des inventaires et retenus pour leur originalité ou importance pour le canton ou l’histoire du Morvan ...

Si l’inventaire fut systématique (ou presque, selon les personnes ressources et les résultats des recherches bibliographiques), nous avons du être sélectifs sur les activités artisanales et semiindustrielles (fabriques, ateliers..). Nous n’avons pris en compte que ceux qui rayonnaient ou exportaient au-delà de leur village (canton, Morvan et plus) à la différence du forgeron, du tailleur ou du sabotier local par exemple dont la production était circonscrit au village. Ce type d’inventaire aurait demandé de rester de très nombreux jours sur chaque commune, comme pour le patrimoine rural ou « petit patrimoine » (croix, lavoir.., env. 150 à 200 éléments par commune !) ; ce qui était impossible et relève d’un travail de la commune. D’ailleurs la base comporte un champ « exportation hors Morvan » et « exportation en Morvan » permettant d’en estimer l’importance.

Pour les moulins à eaux, seuls les moulins autres à huile, à tan, à vent (mais très rare), scierie…) ont été étudiés. Les très nombreux moulins à céréales ou à grains (plus de 500) étant privés et souvent en résidences secondaires, ils sont très difficiles d’accès (pour observer les mécanismes intérieurs, le bief…) Cette catégorie trop fastidieuse et longue à inventorier a été mise de côté car ils ont été et sont encore étudiés, recensés, photographiés par Philippe LANDRY de l’association Les Moulins en Morvan, qui a déjà publié de nombreux ouvrages sur le sujet. A noter que la grande « industrie du Morvan» fut du XVIe au XIXe la production et le flottage de buches pour chauffer Paris : mais ce thème n'a été recensé que ponctuellement et en fin d’inventaire. Vu son importance, il mériterait à lui seul d’être complété par un inventaire exhaustif.

Cet inventaire, assez rare en milieu rural, revalorise l’importance et la diversité de ces activités économiques et des exportations. Ce patrimoine fait partie de l’histoire et de la mémoire locale du Morvan et grâce à l’aide de personnes ressources, et notamment de nos « anciens », de nombreuses activités artisanales et industrielles ont pu être retrouvées et recensées.

Le patrimoine bâti ecclésiastique et seigneurial.
- motte féodale, château, manoir, maison seigneuriale, maison forte, bourg fortifié, halle …
- chapelle, église, couvent, abbaye, monastère, hôpital, léproserie ou maladrerie, ermitage, cure…

Cette thématique plus classique a été abordée de manière systématique. En dehors de l’église et du château du village, nous souhaitions également relever des éléments plus rares souvent disparus ou très remaniés (maladrerie, léproserie, motte féodale, maison forte, manoir seigneurial, ermitage, oratoire, cure, institution religieuse, abbaye…). S’appuyant fortement sur l’ouvrage très complet de l’Abbé Baudiau, notre travail, réalisé un siècle et demi après, conforte l’image d’un Morvan médiéval très habité comportant de nombreux bâtis fortifiés ou religieux, contrairement aux idées reçues.

A travers ces trois thèmes, une majeure partie du patrimoine bâti et historique du Morvan est inventoriée et tous ces éléments font partie intégrante du paysage, de l’histoire du Morvan avec ses habitants et de l’Histoire de France.

D’autres inventaires mais non (encore) disponible sur une base de données existent sur l’architecture de l’habitat rural (fermes), les mobiliers, les moulins, les tacots. Les mairies, écoles, postes, maisons bourgeoises… reflétant une architecture « standardisée » plus ou moins à l’échelle nationale, n’ont pas été inventorié, contrairement aux presbytères morvandiaux qui pour la plupart reflètent une architecture vernaculaire avec les matériaux locaux mais d’un style plus élaboré.

Choix des champs à renseigner et des publics ciblés,

Une fois définis les thématiques et types de patrimoine à inventorier, quels renseignements, quels types d’information ou quels « champs » souhaitait-on sélectionner pour chaque élément ? En même temps que l’approche historique, il fallait aussi prendre en compte les publics ciblés (particuliers et touristes, professionnels et chercheurs …) et l’objectif de cette base (histoire, aide au développement local, tourisme…). Cette phase du projet fut peut être la plus difficile à concevoir et à arrêter. Apres plusieurs sondages auprès d’élus, acteurs et agents touristiques.. et visites de villages ou bourgs tests, il a été décidé d’organiser la fiche d’inventaire pour chaque élément en 7 chapitres contenant plusieurs champs :
- dénomination de l’élément (thèmes, type, nom)
- localisation
- contexte (état, protection...)
- histoire (origine, remaniement, descriptif et historique…)
- développement local et touristique
- propriétaire
- sources (visuels, bibliographies, orales..).

Les champs historiques sont classiques et peuvent être repris pour la base Mérimée. Le commentaire historique, très important est organisé comme suit : situation-date d’origine et de remaniement ; historique et propriétaire ; descriptif de l’état d’origine ; état actuel et vestiges visibles ; anecdotes. Les autres champs devaient correspondre à un outil d’information touristique et d’aide à la décision pour les élus, maires ou autres responsables de développement rural.

Les champs pour les élus, leur donnent des informations sur l’état, le contexte, la protection… de leur patrimoine mais aussi leur importance et leur accessibilité.

Les champs concernant le tourisme renseignent sur la visite et l’accessibilité, le stationnement et la signalétique, la proximité d’un office de tourisme, d’hébergements ou restaurants, d’un chemin balisé (VTT, équestre ou pédestre)…

Des champs spécifiques aux activités économiques et pour les légendes et croyances ont été intégrées. Enfin des champs renseignent sur le propriétaire et ses autorisations, sur les sources visuelles, bibliographiques et des personnes ressources.

Ce travail arrêté, trois types de fiches inventaires ont été réalisées (et disponibles dans la rubrique « contribution »). Chaque élément du patrimoine est donc renseigné par une quarantaine de champs ou informations correspondants aux objectifs pluriels de la base de données et ses publics.

- Les champs et les types de patrimoines sont tous détaillés et expliqués dans la rubrique mode d’emploi de la page 3 à 6

Aire d’enquête

115 villages et bourgs du Parc du Morvan ont été inventoriés. Seules les villes de Vézelay, Avallon, Saulieu, Autun, Arnay-le-Duc, Chatillon-en-Bazois et Corbigny n’ont pas été étudiées. Au vu de leurs richesses patrimoniales, les stagiaires auraient été mobilisées trop longtemps sur chaque site. Et de plus, ces villes ont toutes des sociétés savantes qui pourront réaliser cet inventaire avec le Parc, si elles le désirent. Cependant la thématique artisanale-industrielle devrait être étudiée assez rapidement car beaucoup de productions du Morvan furent transformées dans ces villes-portes (tannerie, draperie…) et sont très liées à l’Histoire du Morvan.

Choix de l’outil informatique et Méthodologie d’inventaire

L’outil informatique

En 2006, après sélection de thèmes et champs avec le concepteur du projet (testée auprès de partenaires ou usagers) une stagiaire a crée une base de données sous Access. Ce choix informatique offrait un travail de saisie et de recherche le mieux le plus adapté aux divers publics ciblés, du professionnel au touriste ou curieux. Quelques années plus tard, un informaticien améliora la base avec des modifications de champs ou autres. En 2014, la base Access fut migrée, après un travail conséquent et des adaptations, sur internet pour être accessible à tous.

Méthodologie d’inventaire

Chaque stagiaire avait plusieurs cantons à étudier durant les six mois de son stage. Un premier travail de recherche, suivi d’un premier recensement, se faisait en bibliothèque, sur cartes, internet … Travail parfois fastidieux car les sources bibliographiques et autres sur le Morvan sont très éparpillées, et parfois seules quelques lignes d’un ouvrage pouvaient révéler un patrimoine. Puis diverses échanges officieux et contacts amicaux avec la mairie et la personne ressource identifiée permettaient de préparer la visite de la commune. Chaque commune avait son dossier avec la liste de ses patrimoines (envoyée aux communes avant visite), des cartes IGN où certains éléments étaient déjà geolocalisés, des copies des sources d’informations, des fiches d’inventaire. La visite commençait en mairie par l’échange d’informations, puis par l’étude et la prise de photos du cadastre napoléonien et autres documents proposés, avant d’organiser la visite des sites dans le village, les hameaux, les bois…, parfois en 4x4 selon l’accessibilité. Notre politique était de faire participer au mieux élus et bénévoles qui souvent découvraient l’ensemble de la richesse de leur patrimoine et son état, mais aussi nous les faisaient découvrir. Cet aspect de médiation fut très bénéfique pour tous. Un certain « œil » et de l’expérience étaient nécessaires pour retrouver des éléments disparus ou très remaniés. Dans sa majorité, l’accueil des mairies fut chaleureux et participatif et souvent ils découvraient ou redécouvraient leurs richesses. A son retour, l’étudiant remplissait les fiches patrimoines complétés avec d’autres données (liste des monuments classées, sites classées de la DREAL, chemins balisés de randonnées…), classait et indexait les visuels et georeferencait sur Mapinfo les éléments. Avant saisie sur la base Access, chaque fiche et les visuels, par commune et canton étaient revus, discutés et validés avec le maitre de stage.

Sources et bibliographie

Les sources sont inégales selon la thématique et pour des raisons de temps, il n’a pas été ni envisagé ni possible de faire des recherches aux Archives Départementales. Les sources orales nous ont été extrêmement précieuses et indispensables sur de nombreux types de patrimoines.

Les 3500 ouvrages de la bibliothèque du Parc offrent des monographies de villages ou de cantons, des ouvrages spécialisés (par période, thème…) souvent par département, des revues ou bulletins thématiques, des thèses et mémoires d’étudiants… A noter les quelques rares ouvrages de référence sur le Morvan : Le Morvand ou Essai géographique, topographique et historique sur cette contrée, Abbé Baudiau, 1854-1865, qui a étudié tout le bâti seigneurial et ecclésiastique dans les années 1850-1860 ; Le Morvan, capitaine Levainville, 1909 ; Des sources aux chapelles, L. Olivier, 1993, les Annales Départementales du XIXème, la thèse de Marcel Vigreux Paysans et notables du Morvan au XIXe siècle, 1998. Sur le terrain, certains livres, études ou bulletins prêtés par la commune nous ont été très utiles

L’étude des cartes anciennes et actuelles a été une source importante d’informations : terriers, carte Cassini (XVIIIe siècle), cadastres anciens (dit napoléoniens), gravures anciennes, cartes d’état major, cadastre actuel, cartes IGN et bien sûr la toponymie de ces documents...

Les études et les inventaires réalisés principalement par le CeCaB, Bibracte, la DRAC et SRI Bourgogne (base Mérimée), nous ont bien renseignés surtout sur le patrimoine ecclésiastique et seigneurial. D’autres inventaires, études ou éditions sur les moulins, le tacot du Morvan, les mines… furent utilisés ainsi que de quelques rares inventaires locaux ou mémoires d’études.

La mémoire locale avec des élus et habitants des villages a été précieuse et indispensable. Ces personnes ressources ou « mémoires locales », constituent tout d’abord une source importante de connaissance, en particulier pour le patrimoine artisanal, certaines activités ayant disparu depuis 6 plusieurs décennies, et pour le patrimoine de légendes et croyances. Mais surtout, elles sont les plus aptes à nous guider sur le terrain à la recherche d’éléments disparus depuis longtemps ou, où dont les vestiges sont peu visibles. De nombreux éléments ont pu être ainsi sauvés de l’oubli. Comment en effet retrouver les traces d’une motte féodale dans la forêt, les ruines d’un four à chaux pris dans la végétation, une carrière d’arène, ou encore raconter la légende de la griffe du diable, expliquer le rite de fécondité autour d’une source… ?

La base cite et se réfère à une centaine de sources bibliographiques (ouvrages, monographies, bulletins… et quelques inventaires ou études) et presque deux cent sources orales.

La constitution et le collectage d’une très riche iconographie est aussi un aspect de cet inventaire. Chaque élément était pris de loin dans son contexte et sa situation (même s’il a disparu) puis de près, sous divers angles avec des détails selon l’intérêt. Des visuels anciens (cartes postales, photos de famille, cadastres, terriers, gravures…) ont été collectés grâce aux mairies ou les particuliers. Ces six années ont donc permis la constitution d’une importante photothèque d’env. 15 000 photographies et documents anciens, prise avec une bonne résolution et disponibles sur demande. En l’absence de l’autorisation du propriétaire, nous ne prenions des photos que de la voie publique.

Un projet évolutif

Chacun peut apporter des corrections ou ajouts en justifiant ses sources et en envoyant les remarques sur une fiche type (téléchargeable sur « Contribuer à l’inventaire). La base sera mise à jour deux fois par an, selon les apports supplémentaires, pertinents et documentés d’utilisateurs. La base sur internet devra être améliorée sur divers aspects : impression, onglets…

Acteurs du projet

Philippe HOELTZEL concepteur et chef de projet, chargé de mission au Parc du Morvan 
Maïder AMESTOY, université de Saint-Etienne master 2, stagiaire 2006 (programmation de la base Access, avec étude des thèmes et champs et pré recensement) 
David BEAUDOIN, informaticien 
Marianne PERREAU, université de Limoges master 2, stagiaire 2007 (inventaire du patrimoine de légendes et de croyances)
Sandra COULLENOT, université Lumière Lyon II, master 2 stagiaire 2008 (période médiévale)
Caroline GUERET, université d’Artois, master 1, stagiaire 2010 Pauline OLIVEIRA, université de Quimper master 1, stagiaire 2010
Claire EMERY, université Michel Montaigne Bordeaux 3, master 2, stagiaire 2011 puis chargée de corrections et développement de la base en novembre 2011
Malorie SERVEL université de Nîmes, licence pro, stagiaire en 2012
Marie BARTHELET, 2012 sur un contrat de 2 mois
et tous les ELUS et BENEVOLES de chaque village qui nous ont guidés et renseignés sur leur commune cité, pour la plupart comme sources orales.

Glossaire

DRAC : Direction régionale des affaires culturelles Bourgogne
SRI : Service régional de l’Inventaire
CeCaB : Centre de Castellologie de Bourgogne
DREAL : Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement
Bibracte : centre de recherches archéologique

Contacts 

Philippe HOELTZEL Parc naturel régional du Morvan ; tel : 03 86 78 79 13 ( ou 79 00 standard Parc) mail : philippe.hoeltzel@parcdumorvan.org

 

 

MODE D’EMPLOI

Selon votre envie, votre recherche ou votre centre d’intérêt, plusieurs accès vous sont proposés sur la
page d’accueil " inventaire historique" :

• Accès par thématique : "légendes et croyances" ou "artisanat et industries" ou "édifices religieux
et châteaux" ou "toutes" pour les trois thèmes.
 Vous pouvez aussi préciser cette recherche thématique :
• accès par type ; ex : "châteaux", "édifices religieux", "fabrique-usine", "ouvrages d’art",
"ressources naturelles", "pierres" ….
• accès par sous-type ; ex : "arbre", "châteaux fortifiés", "maladrerie", "pont", "carrière",
"verrerie"…
• Accès géographique par "département" ou "canton" ou "commune" ou par défaut "le Morvan".
• Accès recherche avancée et professionnelle.
- La recherche avancée vous permet de sélectionner quelques champs ou critères de
recherche ; ex : "canton", "thèmes", "période", "inscrit aux MH", "près d’un chemin de
randonnée" etc... Vous pouvez aussi inscrire un nom d’un élément du patrimoine ; ex
"manoir de Marey".
- La recherche professionnelle vous donne accès à tous les rubriques et champs dans
lesquels vous pouvez sélectionner des champs ou critères de recherche
• Accès sur une carte IGN avec les patrimoines géo-localisés. Vous pouvez zoomer à l’échelle
souhaitée et cliquer sur un élément pour avoir accès à sa fiche inventaire. Les trois sigles de la
carte représentent les trois thèmes de l’inventaire.
• En savoir plus : histoire et méthodologie du projet et l’aide à la navigation ou mode d’emploi

En cliquant sur "recherche" la liste des éléments que vous aurez sélectionnés apparait par ordre
alphabétique, avec un visuel pour chacun et la possibilité d’accéder à la fiche d’un patrimoine « en
savoir+ ». Vous pouvez aussi sélectionner les résultats, par lettre de l’alphabet dans le bandeau haut.
Le nombre d’éléments de votre recherche est affiché dans "nombre de résultats".

Pour imprimer soit la liste des résultats de votre recherche soit la fiche complète sur un élément, seul
la recherche professionnelle vous en offre la possibilité.

Pour proposer une correction ou une nouvelle fiche sur un patrimoine, allez dans la rubrique
Contribuer à l’inventaire historique. Téléchargez une fiche sur laquelle vous inscrivez vos remarques,
corrections ou votre inventaire et envoyez votre contribution par mail à :
philippe.hoeltzel@parcdumorvan.org

Important : vos sources (dates, historique…) doivent être impérativement justifiées par une copie ou
une mention de votre référence bibliographique ou plusieurs mémoires orales.

Attention à bien respecter la propriété privée en cas de visite

Accès par thématique

Vous pouvez effectuer une recherche par thématique puis par type mais aussi préciser un sous type.
Sélectionnez une des trois thématiques (légendes et croyances, artisanat et industries, édifices religieux
et châteaux) dans le menu déroulant. Si vous laissez "toutes" votre recherche affichera tous les
éléments des trois thèmes.

Apres votre sélection d’une thématique, un autre menu déroulant apparaitra automatiquement avec
une liste de type (dans un bandeau rouge) et de sous-type d’éléments (bandeau bleu), vous laissant le
choix de préciser un type ou un sous-type. Si vous choisissez édifices religieux et châteaux vous pourrez 
choisir dans un bandeau rouge : édifices religieux ou châteaux. Vous pourrez être plus précis en cliquant
sur un sous-type précis comme "maladrerie", "ermitage", "bourg fortifié" etc… De même pour "artisanat
et industrie", vous pourrez sélectionner "fabrique-usine", "ouvrages d’art", "ressources naturelles" ou
un sous-type précis comme "verrerie", "textile", "tannerie", "carrière", "eaux thermales" etc… . Pour
"légendes et croyances", six types apparaitront : "arbre", "eau", "lieu-dit", "pierre", "statue", "autres"
qui correspondent à leur représentation ou matérialisation comme une source, une roche etc… .

Accès géographique

Cet accès vous permet de sélectionner une localisation à l’échelle souhaitée avec l’aide de trois menus
déroulants.

Sélectionnez un département et/ou un canton et/ou une commune. Si vous souhaitez faire une
recherche globale sur le Morvan, laissez apparaitre "tous".

Dans le cas où vous souhaiteriez faire une recherche sur deux localisations ou plus (par exemple
recherche sur les cantons de Montsauche-les-Settons et de Lormes), vous ne pourrez effectuer ces
recherches que l’une après l’autre.

Carte IGN avec les patrimoines géo-localisés

Tous les éléments du patrimoine inventoriés sont localisés sur la carte du Morvan. La carte IGN peut
être très détaillée et vous indiquer tous les chemins dont ceux balisés (GR, VTT…)
La carte du Morvan couverte de pictogrammes vous apparait ainsi qu’un curseur pour zoomer ou
vous déplacer sur la carte. Après avoir réglé l’échelle de la carte à la zone recherchée, vous pouvez
aussi, avec la main déplacer la carte et changer d’échelle avec le curseur.

Les trois pictogrammes représentent les trois thématiques.

Vous pouvez cliquer sur le picto pour connaitre le nom du patrimoine localisé.

Vous pouvez cliquer sur "accéder à la fiche" pour lire la fiche de l’élément du patrimoine sélectionné
et revenir à la carte.

Recherche avancée

Cet accès vous permet de sélectionner une dizaine de critères ou champs de recherches à la différence
de la recherche professionnelle vous offre tous les critères ou champs de l’inventaire.
Comme pour les autres accès précédents, vous pouvez, dans les menus déroulants, sélectionner une
thématique, un type et un sous-type et votre aire géographique par département, canton, commune
ou Morvan.

Choisissez votre période, un siècle ou une date ; pour cela taper le siècle (ex: XX) ou une période
(ex: X – XV pour le bas Moyen-âge) ou une date précise (ex: 1550).
Sept autres critères vous sont proposés dans des menus déroulant pour affiner votre recherche.
Recherche d’un élément précis avec son nom ; tapez un nom, ou une partie du nom de l’élément que
vous recherchez : par exemple si vous cherchez la chapelle de Montcimet (Cussy-en-Morvan, 71),
tapez "chapelle montcimet".

Apres avoir cliqué sur "rechercher" la liste s’affiche dans laquelle vous pouvez aussi accéder à la fiche
de renseignement de l’élément sélectionné.

Recherche professionnelle

Cette entrée vous offre toutes les données collectées sur chaque élément du patrimoine. Vous
accédez donc à un mode d’édition et de sélection avec tous les critères de l’inventaire ou champs
d’information (une quarantaine de critères, selon les thématiques). 

Cet accès vous permet d’imprimer la liste des résultats de votre recherche ou toutes ses fiches
détaillées des éléments. En ouvrant la fiche d’un élément vous pouvez aussi imprimer votre
sélection.

En haut apparaissent des onglets de rubriques d’inventaire : Informations (thèmes et types,
géographie..), Contexte actuel (état, protection, privé-public…), Datation (origine et
remaniements), Développement local (douze champs sur la situation dans la commune et des
données touristiques : accessibilité, proximité d’un OT, chemin balisé…). Deux onglets sont liés l’un
"description du culte et rite" à la thématique légendes et croyances, l’autre "production et
technique" à l’artisanat et industrie.

 Dans chaque onglet vous pouvez sélectionner certains critères avant de lancer votre recherche.
 Utilisez les menus déroulants pour vos choix et laissez sur "indifférent" ou "toutes-tous" selon
votre recherche globale ou pour un champ non recherché

 Dans la liste des résultats, en cliquant sur l’élément choisi vous avez accès à sa fiche complète :
photos, texte historique et descriptif, sources, localisation dont les coordonnées GPS et Lambert
X Y, contexte, datation, auteur de la fiche et de la saisie… Puis vous pouvez revenir à votre liste
de recherche ou par un lien voir la fiche historique de la commune (onglet d’accueil du site
patrimoinedumorvan.org "par commune").

Contacts
Parc naturel régional du Morvan Philippe HOELTZEL
 Tel : 03 86 78 79 13 (79 00 standard parc) ------ E-mail : philippe.hoeltzel@parcdumorvan.org

DEFINITIONS ET EXPLICATIONS des champs renseignés de la base

Chaque élément du patrimoine a été inventorié et renseigné selon une fiche inventaire d’une
quarantaine de champs d’informations selon la thématique. Ces informations partielles ou en totalité
(via l’accès recherche professionnelle) se retrouvent dans l’édition des fiches après votre recherche. Les
trois fiches type de l’inventaire (pour les trois thématiques) sont téléchargeables dans la rubrique
"contribuer à l’inventaire historique".

Rappel ; n’ont pas été inventorié : les six villes "portes", les moulins à grain et les ateliers-fabriques de
villages. Pour ces derniers nous n’avons inventorié que les activités qui exportaient hors du village ou
bourg et non les artisans dont la production ou activité étaient limités à la commune.

Dénomination : thématiques, types et sous types

Les éléments sont classés selon les trois thématiques. Chacune se décline en plusieurs types puis en
sous-types. Les sous-types listent des éléments plus ou moins précis comme pressoir, textile,
monastère-couvent, maison seigneuriale, agriculture-élevage…). Voici le détail des divers menus
déroulants possibles.

- Château et édifice religieux
- Château: bourg fortifié, château-demeure bourgeoise, four ou moulin banal-halle, château-fortmotte
féodale-maison forte, grenier à sel-grange dimière, manoir et maison seigneuriale, autres.
- Edifices religieux : abbaye-monastère, cathédrale-basilique, chapelle, couvent, église-collégiale,
église paroissiale, établissement religieux-couvent école, maladrerie-maison Dieu-hôpital,
oratoire-calvaire-ermitage, presbytère-cure, prieuré, autres.
- Artisanat et Industrie
- Ressources naturelles : mine, eaux thermales, eaux minérales, charbon de bois, carrières, autres. 
- Ouvrages d’art : barrage-aqueduc, pont <1850 – pont en dalle (de pierre).
 Fabriques et usines : abattoir, agriculture et élevage, atelier-fabrique, battoir-moulin à tanfoulon-scierie…,
brasserie-marchand de vin, flottage (de buches), forge, four à chaux, gare du Tacot
et autres gares, halle-marché couvert, huilerie-moulin à huile, minoterie, papeterie, pêcherie- digue
remarquable, poste et télégraphe de Chappe, poterie-faïencerie, pressoir, prison-bagnegendarmerie,
scierie-menuiserie-saboterie, relais de poste ou de diligence-auberge, tannerie, textile,
tuilerie-briqueterie, usine-entreprise, verrerie, autres.
- Légendes et croyances
- Arbre, eau (sources thérapeutique), lieu-dit, pierre, statue, autres. Pour les sources cultuelles ou
à rites thérapeutiques, beaucoup d’élément sont associés à une chapelle, église… que nous
avons inventoriés in situ mais qui n’apparaissent pas comme tel dans les fiches éditées.

Localisation

- Commune
- Hameau ou lieu-dit
- Précise ou imprécise (emplacement connu, mais à environ 50 m prés) ou non localisé (dans un bois,
hameau, village ou zone inconnue)
- Coordonnées GPS ; latitude et longitude

Informations d’inventaire et de saisie des données

- Auteur de la fiche : la personne qui a écrit et saisit les données dans la base et la date de saisie
- Observateur : la personne qui a réalisé l’inventaire sur le terrain et sa date d’observation
- Validation scientifique ; fiche relue, corrigée et validée par le chef de projet

Contexte actuel

- Etat
- Disparu : l’élément n’existe plus, il n’en reste aucune trace visible
- Vestige : il reste quelques traces dans un bâti plus récent (ex baies ou fenêtres) ou dans la forêt
ou dans un champ : levées de terre, fossés, quelques pierres ou autres…
- Ruine : il reste des pans de murs ou autres et on devine en partie l’organisation du bâtiment…
- Moyen : l’élément n’est pas très bien conservé ou a fait l’objet de restaurations malaisées
- Bon : l’élément est en bon état
- Inconnu : car l’élément est non localisé
- Menacé : l’élément risque de s’écrouler, d’être détruit, de se dégrader très vite et devrait être
sauvegardé ou restauré d’urgence…
- Protection du monument : l’élément est inscrit ou classé aux Monuments Historiques
- Dans un périmètre protégé : l’élément se trouve dans le périmètre d’un monument protégé (500 m
autour d’un élément classé ou inscrit)
- Protection du site : l’élément est sur un site naturel protégé (inscrit ou classé par la DREAL) ou une
ZNIEFF ou sur un site classé comme Grand site de France, ZPPAUP, Unesco, ….
Plan local d’urbanisme : l’élément est inscrit dans la liste du patrimoine communal de son PLU
(seule obligation d’un permis de démolir par le propriétaire)
Statut : public ou privé ou associatif ou privé et public

Datation et descriptif historique

- Date de l’origine de l’élément. date ou siècle de construction ou en l’absence de précision, une
période comme XIIe–XVe. Pour indiquer un siècle, la saisie se fait comme suit : 1300-1399 pour le
XIVe siècle ou 1200-1499 pour indiquer entre le XIIe et XVe s.
- Dates de remaniements : idem
Pour vous aider dans votre recherche, voici un repère simplifié sur les périodes historiques : 
- Moyen-âge : VIe – XVe siècles (500 – 1499)
- Renaissance : XVIe siècle (1500 – 1599)
- Epoque moderne : XVIIe – XVIIIe siècle (1600 – 1799)
- Epoque contemporaine : XIXe à nos jours (1800- 1980)
- Texte et précisions historiques. Un des champs les plus très importants (dont la rédaction et la
synthèse ont demandé beaucoup de temps en fonction des sources…). C’est l’historique et le
descriptif du patrimoine résumés en quelques lignes selon un schéma précis :
- La situation topographique de l’élément, sa date de construction et d’éventuels remaniements ;
ex : dominant le bourg, ce manoir du XIIIe s a été remanié au XVIe et XIXe)
- L’histoire du patrimoine et de ses propriétaires ; ex : fief ou baronnie possédé au XIIe par la
famille xxx puis à yyy qui l’a vendu en 1740 à… Brulé par les protestants…apparait sur la carte
Cassini (XVIIIe) mais pas sur cadastre 1842
- Descriptif architectural de l’état ancien, des remaniements ; ex: la nef du XIIe se
 a été prolongée
au XVe, le clocher détruit au XVIe a été reconstruit…Au XIXe l’église a été reconstruite…
- L’état actuel ; ex: aujourd’hui on observe un bâtiment composé de deux corps de logis à deux
niveaux et combles, en pierre de taille, couverts en tuile plate, percé de huit baies, flanqué de
deux tours et d’un pavillon…
- Anecdote : petite histoire locale ou régionale…lié au bâtiment recensé ou la famille d’origine

Production et technique (uniquement pour le patrimoine artisanal)

Les données renseignées de ce thème sont très inégales selon le patrimoine et les sources disponibles,
souvent orales.
- Production maximale en quintal, tonne, watt… et autres mesures précisant la quantité produite
- Exportation : la production a fait l’objet d’exportation hors Morvan, en Morvan ou non
- Effectif maximum : quelque soit l’époque, combien de salariés y a-t-il eu au maximum
- Cours d’eau : selon le cas, le cours d’eau qui alimente l’élément et son bassin versant (Seine ou
Loire)
- Début d’exploitation : date ou siècle
- Fin d’exploitation : idem
- Motricité eau ou bois ou autres
- Spécificité technique : ce champ permet un commentaire selon le type d’élément du patrimoine
- Mécanisme en état : oui ou non ou partiel

Description du culte et/ou du rite (uniquement pour terre de légendes et de croyances)

Description de l’élément : décrire son état et sa construction, ses dimensions (pierres) et
matériaux…
- Culte païen : si une pratique non chrétienne, souvent gallo-romaine, est avérée. Des offrandes pour
la pluie pratiquée au XIXe ou XXe sont considérées comme un culte païen
- Culte chrétien : pèlerinage, dévotions, dépôts…
- Type de culte (chrétien) et sa description : comme une procession chaque année où l’on trempait la
statue du saint dans la fontaine contre la sécheresse …)
- Pratique actuelle : si aujourd’hui, un pèlerinage persiste ou une messe dans la chapelle ou autre
- Dédicace : à quel saint ou sainte est dédié le site ou le patrimoine
- Rite : y avait il un rite (fécondité, mariage..) et était il thérapeutique (enfant malade, cécité, lait..) ou
autre
- Description du rite : comme se tremper les seins pour avoir du lait, imbiber le linge d’enfant malade,
des offrandes au pied de la statue ou fontaine … . Ce champ important est difficile à collecter
sans tomber dans certaines sources folkloriste, surtout du XIXe.
- Légende : titre ou nom de la légende
- Description de la légende : description ou texte de la légende 

Développement local et touristique

- Importance dans le cadre de vie communal : l’élément est important dans le quotidien par sa
situation dans le bourg, son usage actuel… ou dans la mémoire des habitants
- Intégré dans un plan de développement local : l’élément fait l’objet d’un projet de valorisation ou
de restauration initié par la commune ou le canton
- Etat des abords : si le site et l’environnement proche de l’élément sont dégradés, ou au contraire
entretenus
- Intérêt des abords : si l’élément se trouve dans un beau site ou une belle forêt, dans un
panoramique, proche d’un autre patrimoine intéressant, près d’un chemin balisé, près d’un gite …
- Aménagement des abords : banc, table de pique-nique, rampe d’accès, plantations…
- Très visible dans le paysage : l’élément se repère de loin ou d’assez loin ou est situé dans une foret
Elément visitable : l’élément est ouvert ou non à la visite ; il peut être fermé et la clé se trouver en
mairie ou chez un habitant ; il peut n’être ouvert que quelques jours dans l’année. S’il est privé,
respectez ce droit et demander l’autorisation de visite.
- Office de Tourisme le plus proche ou dont dépend la commune (OT intercommunal)
- Signalétique routière, ou autre signalisation
- Aire de stationnement : peut-on à proximité, se garer avec une voiture, un bus …
- Voie d’accès : l’accès au site se fait par une route communale ou départementale, un chemin public
ou privé, ou dans la forêt, un pré…
- Accessibilité : on peut y accéder en voiture ou alors à pied par un chemin (de 300 m…)
- Chemin de randonnée à moins de 500 m: l’élément se trouve à 500m (env. 5mn à pied) d’un chemin
balisé, pédestre/équestre/VTT de type Gr, PR... Cela peut offrir un plus aux randonneurs ou sur un
topoguide
- Prestataires touristiques à proximité à moins de 3km ou 30mn à pied : un restaurant, hôtel,
chambre d’hôte, gite…peut indiquer cette visite à ses clients
- Musée ou site d’exposition permanente à proximité à moins de 3km ou 30mn à pied : idem

Propriétaire

- Nom et coordonnées du propriétaire… Quand l’élément privé a été visité et qu’il a nécessité une
demande écrite. Mais dans de nombreux cas, le propriétaire a autorisé une visite mais ne souhaitait pas
remplir et signer le formulaire d’autorisation de visite et de photos.

Sources :
- Bibliographique : ouvrages dans lesquels l’élément est cité et renseigné (Baudiau, Levainville,
monographie de village…). Base, site internet ou organisme… qui a inventorié ou cité cet
élément ( CeCaB, Bibracte, Centre de Castelologie de Bourgogne, base Mérimée….)
source orale : personne qui nous a accompagné et renseigné sur la commune et ses patrimoines, et
donné parfois des textes, des recherches ou des visuels anciens

Visuels
- Sur la totalité des photographies prises in situ sur chaque élément, nous avons préféré retenir et
sélectionner que six visuels pour chaque fiche de la base. Ils sont présentés comme suit :
• 1re = élément pris de loin dans son contexte ; 2me = élément dans son ensemble ; 3me= autre
vue rapprochée
• 4me, 5me et 6me : détails, documents anciens…